Séminaire École

 

[Affiche complète, programme]

 

Organisé par le conseil d’orientation (CO) et le conseil de direction (CD) de l’EPFCL-France

à 21h15, au 118, rue d'Assas - 75006 Paris

J. LACAN, Télévision, questions III et V

Nous avons essayé de chercher du nouveau et nous avons trouvé le changement, nous voulions être inventifs et nous avons regardé en arrière. Cela ne veut pas dire que nous ne proposons pas une petite révolution dans la manière d’organiser le Séminaire Ecole de l’année prochaine. C’est pourquoi nous allons avancer en passant par un point par où nous sommes déjà passés : la lecture et l’analyse de texte. Cette fois-ci, il s’agit d’un texte de Lacan publié en 1974, Télévision, au déchiffrage duquel se sont rompus beaucoup d’entre nous au fil du temps, sans pourtant l’épuiser, tellement il est dense et actuel. On pourrait même dire qu’il le devient de plus en plus. Notre monde est aujourd’hui celui du capitalisme triomphant et de la pandémie médusante, dont les victimes se confondent entre elles, celui où le quotidien est constitué effectivement de ce que Lacan faisait comme prédiction « funeste » au début des années 1970. Ce texte est d’une nouveauté éblouissante et nous allons nous pencher sur deux des questions qui y figurent (III et V), pour faire apparaître cette nouveauté même : que ce soit à propos du discours analytique, de l’affaire du sexe (dont l’insuccès est « la sexologie ») et de l’amour (dont un des succès envisageables est « le transfert » analytique), des institutions, instituts et autres Ecoles où la psychanalyse est de plus en plus malmenée, du capitaliste qui cumule et du saint qui « décharite », etc. Au moment où se dérouleront les séances de notre Séminaire, nous serons probablement dans le temps d’un premier après-coup de la pandémie, et nous allons mesurer alors, en nous appuyant aussi sur notre lecture de Lacan, si cela se traduira par un déchaînement des jouissances, car « on l’a échappé belle » (annoncent les mauvaises langues), par l’apparition d’une nouvelle sagesse (rêvassent d’autres), ou par un retour à ce qui était là avant, mais en pire (écrit un très connu écrivain). Pour nous permettre d’avancer dans nos élaborations sur la psychanalyse à partir de ce texte, nous avons pensé à plusieurs formules, cinq, pour les huit séances du Séminaire Ecole. Certaines plus « symphoniques », avec des exposés plus amples, d’autres misant sur un certain degré d’improvisation, plus « jazzy », avec un débat oral entre les intervenants, et d’autres enfin qui seront un mix des deux. Nous avons aussi proposé à un collègue de choisir lui-même son débatteur. Souhaitons que cette diversité soit bénéfique au déchiffrage et que les interventions puissent nous décaler de certaines habitudes : à la fois en mettant de l’eau dans le caractère très fort du texte, et en nous proposant des avancées qui nous sortiront peut-être d’une voie un peu trop suivie dans notre milieu, celle de lire du Lacan avec Lacan.

Question III

 

15 octobre 2020

1. p. 25 à 27 – « liens qui restent pour nous en activité »

Elisabete Thamer : « Sur l'ex-sistence de l'inconscient »

Sidi Askofaré : « Inconscient et discours »

La définition, par Lacan, de l'inconscient est toujours relative aux signifiants-maîtres qui capitonnent les différents moments de son enseignement. Entre l'inconscient-langage - dont l'inconscient en tant que "discours de l'Autre" n'est qu'une des figures - et l'inconscient réel, Lacan ajustera son concept de l'inconscient à la catégorie qu'il introduit en 1970, celle de discours (lien social). S'en dépose une thèse : l'ex-sistence de l'inconscient au discours et en particulier, au discours de l'hystérique, le seul dans lequel il s'atteste en clair.

Que pouvons-nous en dire et en déduire, aujourd'hui, où l'hystérie comme le maître sont mis en cause ? "

26 novembre 2020

2. Question III, pages 27 à 28 haut
« [...] c’est pour eux qu’il y a des risques »

Muriel Mosconi : « De la SAMCDA et ses risques »

Armando Cote : « Prudence ! Ça rêve, ça rate, ça rit »

17 décembre 2020

3. Question III, pages 27 à 28, fin du chapitre sur le saint

Natacha Vellut : « Couvrez ce saint que je ne saurais voir »

On peut ne pas le remarquer, on ne sait ce qui le conduit et ou cela le conduit. Ne soyons pas Tartuffe pour découvrir ce saint analytique.

Frédéric Pellion : « Abjection »

 

Question V

28 janvier 2021

4. p. 47 à 49 – « ce qui en dit long sur son éthique »

Anita Izcovich

David Bernard

25 mars 2021

5. p. 49 à 50 – « le discours a donc sa chance »

Frédérique Decoin-Vargas

Bernard Nominé

15 avril 2021

6. p. 50 à 52 – « cette éthique que je situais du bien dire »

Albert Nguyên et son invité Alexandre Levy

6 mai 2021

7. p. 52 à 53 – « qu'à se faire tordu »

Colette Soler

Dominique Marin

17 juin 202

8. p 53 à la fin – « retour de son passé funeste »

Nicole Bousseyroux

Radu Turcanu