Prochain Séminaire du Champ lacanien

19 décembre 2019

à 21h15, au 118, rue d'Assas - 75006 Paris

3. L’inégalité des structures

Natacha Vellut : « L’élasticité de la structure »

Certains sujets oscillent entre flottement et rigidité, errance et fixité, tandis que d’autres démontrent une forme de souplesse dialectique et logique. Leur rapport à la langue qui colle est plus ou moins élastique, selon leur structure. Joyce nuance cependant cette inégale répartition structurelle.

Catherine Talabard : « Position sexuée et structures cliniques, quelles différences ? »

Dans « Propos directifs pour un Congrès sur la sexualité féminine », Lacan distingue « les tenants du désir et les appelants du sexe ». Comment ces appelants du sexe inscrivent-ils ou non la sexuation dans la castration et par voie de conséquences quelles suppléances sont créées ?

Didier Grais : « Une structure à la noix... »

Les analystes orientés par l’enseignement de Lacan se réfèrent encore actuellement à l’existence de différentes structures psychiques et à l’opposition, voire à l’inégalité, entre une structure psychotique, névrotique ou perverse.Nous tenterons d’interroger si cette distinction radicale entre les différentes structures est toujours indispensable pour la direction de la cure.

Carole Leymarie : « Inégalité des structures ? »

Partant des structures cliniques freudiennes, Lacan a conceptualisé, tout au long de son enseignement, ce qui les fonde. Son parcours témoigne d’une recherche de ce qui vaut pour tous, pour tous les êtres parlants. Face à ce qui, des effets du langage, vaut pour tous, pas de réponse identique du côté des sujets. Alors peut-on parler d’inégalité quant à ces différences ?

 

Consulter le Programme complet de l'année.